Vous êtes ici : Accueil > Élémentaire > Vie des classes > Sciences : Ateliers Séismes et systèmes de détections (C.E.A. de Bruyères le (...)
Par : JLF
Publié : 13 avril 2010

Sciences : Ateliers Séismes et systèmes de détections (C.E.A. de Bruyères le Châtel)

 Le mardi 17 novembre 2009, les classes de cm1-cm2 et de cm2 ont reçu la visite de trois chercheurs du C.E.A. (Commissariat à l’Énergie Atomique) de Bruyères le Châtel. Ils sont venus nous proposer des ateliers sur les séismes.

Madame
Rivière, qui travaille aussi au C.E.A., nous a expliqué que le C.E.A. était un
organisme de recherche spécialisé dans les domaines de l’énergie, de la
défense, des technologies pour l’information et de la santé. Puis elle
nous a présenté les trois chercheurs chargés de l’animation. Nous
avons constitué trois groupes pour aller dans les différents
ateliers. 
  
 

   - « Séismes et tsunamis », avec Jean-Luc Chabanne

  
Monsieur Chabanne nous a d’abord parlé de la structure interne de la Terre et des plaques
lithosphériques.
(Docs
303 )
Il nous
a ensuite montré la dérive des continents à l’aide d’un vidéo-projecteur.
(Doc300)

 Il y a
300 millions d’années environ, il n’y avait qu’un seul continent : la Pangée.
(Doc 301) Les plaques continuent de
bouger : on parle de la tectonique des plaques.
(Doc 299)

 Les
plaques peuvent bouger différemment pour produire un tremblement de Terre :
elles peuvent se frotter ou une plaque peut passer en dessous d’une autre.
(Doc 292)

 
Ensuite, le chercheur nous a expliqué qu’il y avait des tremblements de Terre
partout dans le monde même en France. (Docs 293, 294 et 305) Ils peuvent
parfois provoquer des milliers de morts et causer des dégâts importants. Les
plus puissants ont atteint une magnitude de 9,5 sur l’échelle ouverte de
Richter. (Chili 1960)

Les séismes sont détectés,
même à l'autre bout de la Terre
par des sismomètres. Le C.E.A. est à l'écoute.
(Doc 298)

En décembre 2004, ils ont
enregistré un des plus importants séisme à Sumatra (Asie). Il a provoqué
un tsunami (du japonais : vague portuaire) très destructeur.

 Monsieur Chabanne nous a
appris que le tsunami de 2004 avait été provoqué par un séisme au fond de
l’océan. Le sol s’est soulevé et la mer s’est soulevée créant une énorme vague
qui a traversé l’Océan Indien à la vitesse de 800 km/h.

Séisme de 2004

 
L’Indonésie, l’Inde, et l’Afrique ont été touchées. Les ondes
sismiques ont fait le tour de la
Terre. Une station sismique du C.E.A. installée en Normandie
l’a détectée à 10 200 km
de distance, 13 minutes après la secousse. Les ondes ont provoqué un
déplacement de 20 mm
du sol normand !
(Docs
296 et 297)

  Les
vagues des tsunamis ne ressemblent pas aux vagues des surfeurs. Il s’agit
plutôt d’un mur d’eau. Sa hauteur peut atteindre 20 m. Si vous vous trouvez sur
une plage et que la mer se retire brusquement vous avez une dizaine de minutes
pour partir et donner l’alerte car cela annonce un tsunami. Pour éviter de se
faire emporter par la vague il faut monter sur une hauteur. Attention, la mer
fait encore plus de dégâts lorsqu’elle se retire.

- « Animation sismomètre » avec Stéphane
Bréchard

  Avec M.
Bréchard nous avons appris qu’il y avait de nombreux sismomètres, plus modernes
que les sismographes
(doc
331)
,
répartis dans le monde. Le C.E.A. en possède et ils sont utilisés par les
sismologues pour mesurer et étudier les séismes.

 
L’ancêtre du sismographe a été inventé par les chinois en 132.

L’ancêtre du sismomètre

Huit dragons étaient
disposés tout autour d’un récipient en bronze, avec dans la bouche de chacun
une boule. 

 
Lorsqu’une onde sismique assez importante arrivait, un pendule oscillait dans
un sens, ouvrait la bouche d’un dragon. La boule était réceptionnée dans la
bouche d’une grenouille !

 M. Bréchard
nous a expliqué que les centrales sismiques étaient placées dans des endroits
calmes, en pleine nature, dans des caves.
(docs 325 et 328) Les sismomètres
sont placés dans des boîtes. On en met trois : un pour l'axe Nord-Sud, un pour
l'axe Est-Ouest et un pour la profondeur. Ils sont bien calés Les données sont
envoyées au C.E.A. Les chercheurs du C.E.A. réparent eux-mêmes leurs
sismomètres.

Un sismomètre

 
Pour terminer nous avons simulé un tremblement de Terre en sautant dans la
salle.
(Docs
332 et 333)

Le sismomètre que M. Bréchard avait apporté a enregistré la secousse qui a été
ressentie jusqu’au bureau de M. le Directeur !

Nous simulons un tremblement de terre

 Un
sismomètre est très sensible et peut détecter des séismes très inférieurs à 1 mm !

 

- « La formation des grandes chaînes de montagne à travers
l’exemple de l’Himalaya », avec Laurent Bollinger.

 M.
Bollinger a commencé par nous montrer des dessins de montagnes. Elles étaient
bizarres car autrefois on ne connaissait pas bien les montagnes.

D’étranges montagnes

Souvent on en avait peur,
on avait de fausses idées sur la manière dont elles s’étaient formées. Peu
d'hommes s'aventuraient au sommet des montagnes. Ceux qui en revenaient les
décrivaient à d'autres qui les dessinaient. Au départ les Hommes ont été
surpris de trouver des fossiles d'animaux sous-marins dans de hautes montagnes.
(Doc 343)

 
Plus tard, les hommes ont compris que les plaques lithosphériques, en se
poussant, avaient provoqué l’apparition des montagnes. Avec le développement de
l’alpinisme et les satellites nous connaissons mieux les montagnes.

L’Himalaya

 
M. Bollinger, nous a parlé de l’Himalaya : la chaîne de montagnes la
plus grande du monde !
(Docs
341 et 345)
 
Son point culminant est le mont Everest. Les séismes y sont très fréquents car
la plaque eurasienne et la plaque indienne se poussent.
(Doc 346)

 
Certains séismes anciens ont marqué la mémoire des hommes.
(Doc 347)

 Nous
avons également appris que le GPS permettait maintenant aussi de détecter les
séismes.

 

 Un grand merci aux
chercheurs du C.E.A. pour cet après-midi très instructif !

 

Les
élèves des classes de CM1-CM2 et de CM2